De 1971 à 1995

La modernisation de la ville

La période qui va de 1971 à 1995 correspond aux quatre mandats municipaux de José Poggi (cinq si l’on compte l’élection partielle de 1985 issue de la rupture locale entre socialistes et communistes).

Cette période se traduit par une profonde mutation de la commune qui, après une diminution de la population en 1968 et 1975, va globalement connaître une augmentation des habitants qui vont passer de six mille à près de neuf mille (8718 au recensement de 1988).

Cette période correspond à celle des nouveaux quartiers et des nouveaux équipements. Emergent ainsi les lotissements pavillonnaires au Metz-Saint-Vaast, aux Minos, aux Longs Champs, aux Longs Prés, à la Couture d’en Haut, aux Bruyères.
Pour répondre aux besoins de la population, apparaissent de nouvelles écoles, (Carpentier en 1974, Chopin en 1976, Prévert en 1978, Rimbaud en 1985, Baudelaire en 1993) qui accompagnent le collège Bracke-Desrousseaux.
Classé en Z.E.P., ce collège construit en 1969 connaîtra une moyenne de 1200 élèves dans les années quatre-vingt. Réaménagé entièrement en 1998-1999, il sera dénommé "Collège Albert Ball" en hommage à ce jeune pilote britannique, héros de la 1ère guerre mondiale.

L’aspect sanitaire et social va rester une priorité de la municipalité avec l’ouverture des centres aérés dès 1971, la création des restaurants scolaires Camus (1974) et Brassens (1983), la crèche (1983) et la garderie municipale (1984), le centre PMI (1989) et la rénovation de la maison de retraite Charles Desreux (1981).

La culture et le sport ne seront pas oubliés avec l’aménagement de l’ancienne gare en salle de musique en 1980, la construction de la salle Jean Monnet (1994) et la construction des tribunes au stade Léo Lagrange (1993).

La situation ne se prêtait pas au développement économique et la période vit la disparition de nombreuses petites fabriques liées à la confection, au textile ou aux activités agricoles.

Bien que la gare cessât son activité ferroviaire le 5 juillet 1971, l’orientation arrêtée fut clairement résidentielle.
La commune s’appuya sur le nouveau Plan d’Occupation des Sols pour se doter d’une stratégie d’acquisition foncière onéreuse pour elle (y compris lors du contentieux de la Z.A.C. de la Haute Voie) mais qui va s’avérer un gage extraordinaire pour l’harmonisation du développement à venir.
Symbole du renouveau de la cité, l'Hôtel de Ville rénové
fut inauguré en 1988.


Newsletter
Recevez la newsletter : Je m'abonne
Je me désabonne
Suivez-nous !
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel création site web